En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Histoire & Géographie

Tous les articles (13)
  • Voyage en Pologne -camp d'Auschwitz

    Par Pascal Touzanne, publié le mardi 1 mai 2018 18:15 - Mis à jour le mardi 1 mai 2018 18:16
  • Vendredi 15 décembre 2017: Des Lycéens et des Collégiens à la rencontre des témoins de la Résistance dans les Hautes-Pyrénées

    Par ANNABELLE LAVIT, publié le mardi 9 janvier 2018 10:14 - Mis à jour le mardi 9 janvier 2018 21:04
  • Les élèves de 1°L/ES rencontrent des anciens résistants de la seconde guerre mondiale

    Par ANNABELLE LAVIT, publié le samedi 16 décembre 2017 12:24 - Mis à jour le samedi 16 décembre 2017 13:27

                           Dans le cadre du "parcours citoyen" et du concours nationale de la résistance et de la déportation (CNRD), les élèves de 1°L/ES ont pu visiter le 17 novembre 2017 le musée de la résistance et de la déportation de Tarbes.

                         A cette occasion, une rencontre riche et fructueuse a été organisée avec Mme Hèches (fille de Gaston Hèches du réseau Edouard et de "Thomas line", âgée de 15 ans en 1940).

                         Mardi 21 novembre 2017, en partenariat avec l'ONAC, Monsieur Jean Dupuy du régiment de Bigorre, est venu au lycée, rencontrer les élèves pour deux heures d'échanges.

                      

    • Le parcours de Monsieur Jean Dupuy: compte-rendu rédigé par une élève de 1°L/ES :

    « Monsieur Jean DUPUY était un jeune résistant tarbais.

    Lycéen engagé durant la guerre, il a aujourd’hui 92 ans et est à 60 % sourd à cause d’une blessure de guerre (explosion d’une mine).

    Durant la guerre, il habitait à Aureilhan.

    En 1940, il avait 15 ans. La défaite française a été un véritable « bouleversement national ».

    Le Maréchal Pétain, à la tête du pays avait une image réconfortante (L’illustre militaire de la 1ère guerre mondiale). Ainsi, son entourage avait globalement confiance en lui, jusqu’au jour où le Maréchal Pétain serra la main à Hitler (Montoire). Cela a été pour Jean Dupuy une marque de collaboration et une preuve de la soumission française.

    Le régime de Vichy supprimait les libertés et beaucoup de lycéens comme lui voulaient « agir ». D’après les jeunes de cette époque, l’engagement c’est « bouger ».

    Petites anecdotes de Jean DUPUY :

    - Lui et un ami, ont réussi à peindre (en soirée) la façade d’une maison d’un de ses voisins proche des miliciens.

      - Durant le couvre feu, il avait son copain qui aimait beaucoup provoquer les allemands. Un soir, il était resté dehors en les attendant au coin d’une rue pour que les Allemands le voient. Ainsi, il a attendu qu’ils se rapprochent pour prendre des chemins de traverses afin de rentrer chez des amis.

    Des tracts se fabriquaient et se diffusaient pour contrer la censure.

    Afin de protéger sa famille, pour éviter qu’elle ne s’inquiète, il cachait à ses parents ce qu’il faisait. La priorité pour beaucoup de familles était de se nourrir et sa mère lui laissait souvent son pain au détriment de sa faim à elle.

    En 1943, les maquis devenaient plus nombreux (cela est une réponse des jeunes au STO – service du travail obligatoire).

    A l’âge de 16 ans, il a pris les armes : « j’étais un jeune parmi les jeunes, indigné par la poignée de main entre Pétain et Hitler »

    Ainsi, il a participé à certaines actions (transports d’armes, affiches…). Il nous a fait part que les maquis intégraient aussi des individus de différentes nationalités. Après la libération de Tarbes, il contribua au sein du régiment de Bigorre à repousser l’ennemi jusqu’en Charente à Royan où il a été blessé (explosion d’une mine).

    La classe de 1°L/ES remercie chaleureusement Monsieur Jean Dupuy pour ce riche échange. »

    Marie R. (1°L/ES)

     

     

                         

     

  • "La guerre à la Une"- Exposition à l'abbaye de L'Escaladieu

    Par ANNABELLE LAVIT, publié le mercredi 22 novembre 2017 16:22 - Mis à jour le mercredi 22 novembre 2017 16:23

    A l'occasion du "Centenaire de la guerre 14-18", les élèves de 1°L/ES et de 1°ES ont eu l'opportunité, le 7 novembre dernier, d'aller visiter et exploiter une exposition portant sur les Hautes-Pyrénées durant ce conflit.

     

    Un compte-rendu a été réalisé par des élèves de 1°L/ES:

     

    " Mardi 7 novembre 2017,  les classes de 1ère L/ES et ES ont eu l’opportunité de se rendre à l’Abbaye de l’Escaladieu, située sur la commune de Bonnemazon, afin d’aborder le thème de la Première Guerre Mondiale, plus particulièrement dans les Hautes-Pyrénées.

        L’après-midi s’est déroulée en trois temps : 

    - le visionnage d’un documentaire portant sur le camp d’internement de Garaison (à proximité de Lannemezan). En effet, suite au déclenchement de la Guerre (1914), l’établissement de Notre-Dame de Garaison devient un camp d’internement pour les civils Alsaciens-lorrains et Austro-Hongrois (considérés comme des « ennemis intérieurs »). Ce documentaire retrace le parcours et la vie de ces milliers d’étrangers (de tout milieu social) enfermés dans ce camp et privés de leurs libertés: la difficulté des rationnements, le déroulement des journées ont été précisés.

    - Par la suite nous avons pu jouer à un jeu de culture générale dénommé le « time-line »; c’est un jeu à cartes de culture générale. Le but est d’être le premier groupe à se débarrasser de toutes ses cartes en les posant judicieusement sur la ligne du temps. Sur les cartes sont inscrits les événements marquants du premier conflit mondial.

    -Enfin, nous avons ensuite eu la chance de visiter une exposition portant sur la Première Guerre Mondiale dans les Hautes-Pyrénées. Nous avons pu exploiter de nombreuses informations très intéressantes sur la mobilisation des hommes (de 17 à 48 ans), le travail des femmes et des non-mobilisés à l’arrière, sur la propagande puisque la presse mettait en scène les enfants de manière à montrer l’exemple et à faire accepter le sacrifice de la guerre et sur le lourd bilan humain dans les Hautes-Pyrénées à savoir 6300 décès (l’équivalent d’un Haut-Pyrénéen sur quatre).

        Nous, les élèves de 1ère L/ES et ES sommes très heureux d’avoir pu effectuer cette sortie et nous remercions pour cela nos professeurs présents (Mmes Ginibrière, Outtier et Lavit et M. Delgay) ainsi que les personnes ayant contribué à la réussite de cette sortie (guides …). Nous remercions également  Monsieur le Proviseur."

     

    Zoé D., Leeloo.L et Loréane.L (1°L/ES)

  • Les lauréats du concours de la résistance du lycée récompensés le 20 juin à la préfecture de Tarbes.

    Par ANNABELLE LAVIT, publié le vendredi 23 juin 2017 12:06 - Mis à jour le samedi 24 juin 2017 09:04

     

    Les lauréats du CNRD 2017 en présence de M. Touzanne (proviseur), Mmes Lavit et Baudouy (Histoire/géographie et lettres)

     

     

    Félicitations aux élèves de 1°L et de 2°3 pour ce très beau palmarès:

     

    Une mention spéciale pour Craffk Warren et Pernigotto Elise (1°L): groupe sélectionné par la Commission départementale comme meilleur travail collectif de leur catégorie, leur permettant de postuler à l’échelle académique. Ils ont proposé un travail artistique (dessins de Warren Craffk) complété par une analyse historique (Elise Pernigotto). Le sujet traité par les élèves est le suivant : « l’art pour résister à la déshumanisation à travers le parcours fictif d’un jeune déporté politique à Bergen-Belsen ». Prix : Livre et voyage.

    • 1er prix départemental (ex æquo avec Jean Dupuy) : Beaury Emeline, Fananas Noémie et Rémon Maelys (1°L) pour leur production audiovisuelle : « 1944, mon enfant » : fiction autour d’une lettre bouleversante d’un déporté adressé à son fils. Prix : livre et voyage.

     

    • 2ème prix départemental : Barthe Laura, Estangoy Chloé et Foucaud Sarah (2°) pour leur production audiovisuelle sous la forme d’un travail journalistique (témoignages et présentation des camps d’internement en France). Prix : livre.

     

    • 3ème prix départemental : Dal Monte Quinto, Larmitou Jean ; Messager Guillaume, Camacho Anaïs, Pedurthe Timo (1°L) pour leur production audiovisuelle « Réalité des camps » à partir du témoignage de Renée Sarrelabout (ancienne déportée de Ravensbrück). Un témoignage complété par des images d’archives.

     

    • 3ème prix ex æquo départemental : Botella Mélanie et Bovolenta Victoria (1°L) pour la réalisation d’un carnet de jeunes femmes déportées décrivant et décryptant la deshumanisation dans un camp nazi.

    Bravo aux autres participants (Candice Delobel, Duchaine Léa, Carpy Marlène, Claudel Camille, Gaubert Sarah, Saint-cric Justine, Ferguson William et Ylmaz Adem) pour leur implication, leur investissement dans ce beau projet citoyen!

Trier par
Catégories
Aucune catégorie définie
Auteurs